« Le plus grand thérapeute reste à l’écart, ne commande personne, parle peu, aime beaucoup.
Si vous ne faites pas confiance à ceux que vous servez, comment vous feraient-ils confiance ?
Partagez votre cœur, c’est tout ce que vous possédez et tout ce qu’ils ont besoin d’apprendre. » 
Haven Trévino.

 

Dans l’enseignement de notre lignée, tout nous est donné pour devenir notre propre thérapeute, et ainsi devenir peu à peu le thérapeute de l’autre.

Etre thérapeute suppose avant tout de lâcher prise. Le lâcher prise avec notre égo qui nous fait croire que c’est nous qui « faisons » quand l’autre nous remercie pour ce que nous « avons fait » pour lui. Il est toujours important à ce niveau-là de surveiller son langage afin de rester à sa juste place de canal du Divin, ce qui n’est déjà pas si mal ! La guérison est une alchimie tellement fine : elle a lieu dans l’âme et dans le corps de la personne quand plusieurs facteurs sont réunis et équilibrés.

 

Bien sûr, l’un de ces facteurs est l’Energie du Reiki, Divine et Parfaite. Elle opère exactement là où la personne en a le plus besoin et enclenche le processus de guérison, si la personne est ouverte à la guérison. Quoi qu’il arrive après un soin, il est important que le thérapeute et le receveur restent dans la confiance et continuent le processus de travail sur soi.

La responsabilité du thérapeute est d’être ouvert et réceptif à ce qui lui est « envoyé » tout au long de la rencontre avec la personne, et d’agir strictement en accord avec ce qu’il ressent et reçoit.

 

Le second facteur nécessaire à la guérison est donc la confiance ! Confiance du thérapeute et du receveur dans l’Energie, mais aussi confiance du receveur dans le thérapeute qui est « l’intermédiaire ». Un double travail de confiance est donc à réaliser par le thérapeute : tout d’abord confiance en l’Energie mais aussi confiance en lui. Le but de cette confiance installée étant de la communiquer au receveur afin de maintenir vivant le processus de guérison.

 

Le troisième facteur n’est pas le moindre : il s’agit de la personne elle-même. La responsabilité du thérapeute est, dès le 1er soin, de bien expliquer, simplement, ce qu’est le Reiki et quelle est son action, et d’insister sur le fait que la personne a sa part de travail à faire. Travail de transformation de ses schémas de pensée et de fonctionnement. C’est ce travail qui sera le moteur du processus de guérison, même si ce travail est parfois difficile et long ! Le thérapeute est là pour la discussion  d’où jaillira un éclaircissement. Il donne des clés mais veille bien à ce que ce soit le receveur qui les utilise (la Bulle ou la Sphère d’argent, les symboles, différentes pratiques). Là encore la responsabilité du thérapeute Reiki est de se laisser parfaitement guider par ce qu’il ressent et ce qu’il reçoit, afin de faire preuve de discernement. La Lumière connaît le moment qui convient à la personne pour recevoir tel ou tel « outil », car c’est à ce moment-là qu’elle pourra les utiliser. La Lumière sait également ce qu’elle a besoin d’entendre. Il est donc important d’être canal à 1000% !! Et de se laisser guider dans ce que l’on a à faire et à dire, même si notre intellect ne comprend pas sur le moment ! Le thérapeute doit être dans un parfait lâcher-prise pour que la guérison se réalise ou du moins pour que la guérison ait toutes les chances de se réaliser si le receveur fait sa part de travail.

 

« C’est simple, acceptez ce que le Seigneur vous donne à vivre. Aujourd’hui il vous donne à manger, mangez ; un autre jour il n’y a rien, c’est ainsi, vous ne mangez pas. Il n’y a rien à décider nous-mêmes, il suffit d’accepter Sa décision. C’est lui qui nous guide, qui décide que vous alliez dans la rue ou chez les riches, ce n’est pas vous qui prenez la décision. »                           Mère Thérésa

 


Ce n’est pas nous qui prenons la décision des gens qui nous sont envoyés. Ils sont mis sur notre route pour être aidés, certes, mais aussi pour participer à notre propre guérison et croissance. Ceci se fait toujours par le fait que la problématique de la personne fait écho bien souvent à l’intérieur de nous et nous pousse à travailler nous-mêmes sur cet aspect.
Un état de gratitude envers ceux qui reçoivent nos soins est primordial. Il ouvre notre cœur à ce que vit l’autre mais aussi à nos propres difficultés ! Lorsque quelqu’un est guéri, c’est aussi une partie de nous qui est guérie !
Il faut donc accepter que ce ne soit jamais fini et que rien ne soit jamais définitivement installé.
La vie nous propose parfois de retravailler un aspect de nous sur des plans différents… Nous sommes en perpétuelle évolution et croissance, en route vers un but qui n’est peut-être pas pour cette vie : refaire UN avec le Divin. Chaque étape est importante. Elle compte, même si elle paraît désuète parfois. Chaque étape participe à ce que nous serons demain. Par le processus de guérison, chacun, thérapeute et receveur, a une opportunité de grandir.

La guérison n’est pas forcément ce que nous imaginons, c’est-à-dire la fin durable d’un problème, d’un symptôme. Elle se situe à des plans bien plus profonds qui touchent la conscience. Une simple compréhension peut parfois faire office de guérison et apporter la paix à la personne ... et l’aider à rentrer à la Maison…
La guérison est plutôt un état d’équilibre qu’il faut entretenir sans cesse car chaque paramètre de notre vie change à tout moment.

 

Les Principes et les Vertus sont des trésors de simplicité et d’amour. Ils sont des clés pour nous perfectionner et développer ce qu’il y a de plus positif en soi. Un travail quotidien est nécessaire à ce niveau-là. Ce travail se fait tout simplement dans le lâcher-prise et la réception de ce que la vie nous propose de travailler. Pour nous aider dans ce travail la Bulle (ou la Sphère d’argent) et les symboles sont des outils précieux qu’il faut utiliser avec discernement et confiance.

Lorsque nous traçons un symbole, il nous reconnecte à une part de nous-même et nous aide à nous transformer. Avant d’utiliser un symbole sur quelqu’un, il convient de l’avoir intégré pleinement par la pratique sur soi. Il est donc utile de travailler avec chacun d’eux pendant une période plus ou moins longue, lorsque l’opportunité nous est présentée ou lorsqu’on le souhaite, à condition d’être bien centré.

 

Enfin, lorsque l’on est thérapeute Reiki, une chose prime avant tout : le regard d’amour que l’on porte sur l’autre et sa souffrance, mais aussi que l’on porte sur soi-même et sa propre souffrance. Ce regard d’amour est exempt de jugement et est source de confiance pour l’autre.

Chacun a son parcours sur cette terre. Nous sommes tous une partie du Tout et chacun mérite de trouver son axe de vie. Ne portons pas de jugement car chacun est à la recherche d’amour, de sécurité, de paix, de reconnaissance, de réalisation  et de bien d’autre choses encore. Mais souvent nous cherchons tout cela à l’extérieur de nous, alors que nous pouvons le trouver à l’intérieur, seule source de ce qui est durable.

 

Quel que soit le degré de Reiki, nous sommes canal. L’Energie passe suivant la demande qui se trouve sous nos mains, et un Maître ne fera pas forcément un meilleur soin qu’un 1er degré. Le thérapeute est d’autant plus efficace qu’il s’en remet totalement à la Puissance Divine.

Retour