Ce matin-là, une chose étonnante se produisit
au moment précis où le soleil se levait.
Comme d'habitude, le jardin bourdonnait d'activité.
Je regardais un pinson aux couleurs vives
qui s'amusait ferme à s'envoler des cavités
des blocs de ciment et à s'y poser de nouveau.
Pépiant et repoussant divers intrus,
il était aussi affairé que pouvait l'être un oiseau.
Soudain, il s'arrêta net. Il se figea sur place,
au centre d'une des cavités d'un bloc.

Je vérifiais aussitôt le comportement
des autres oiseaux, car je savais qu'en présence
d'un prédateur, les oiseaux recourent parfois
à la tactique de l'immobilité pour se protéger.
Or chacun des autres oiseaux n'avait l'air nerveux ou inquiet.
Qu'était-il arrivé à ce pinson pétrifié?
Je ne voyais rien qui puisse expliquer
son étrange comportement.

Cinq bonnes minutes plus tard,
je commençai à m'inquiéter: peut-être que le petit
oiseau tout raide souffrait d'un malaise physique.
Même quand ses petits amis s'envolèrent
vers une endroit inconnu, il ne broncha pas.
J'étais abasourdi. Puis, je saisis ce qui se passait!
Il y avait bien une explication après tout,
mais comme elle était difficile à croire!

Mes premiers doutes se confirmèrent.
Le petit pinson avait peur de son ombre!
Aussi incroyable que cela puisse paraître,
voici ce qui s'était produit.

Au moment précis où le pinson avait sauté
dans la cavité d'un bloc de ciment,
le soleil était suffisamment haut pour créer
de longues ombres matinales;
des ombres foncées - y compris
celle du pinson - se découpaient sur le sol
à travers l'ouverture du bloc de ciment.
Seulement, le pinson ignorait que ce qu'il percevait
comme un chasseur silencieux et inconnu

n'était en fait que sa propre ombre allongée!

L'heureux dénouement de cette étrange histoire
survint une minute ou deux plus tard,
au moment où le soleil fut assez haut dans le ciel
pour que ces ombres qui ornaient le plancher
du patio disparaissent. Il s'envola en gazouillant
sa victoire durement gagnée sur l'inquiétant
personnage qu'il avait affronté et dupé.

Toute proportion gardée, cette histoire vraie
de l'oiseau dans le bloc est aussi celle des
liens qui nous retiennent dans la vie.
Car de-même que notre ami à plumes
fut temporairement retenu prisonnier par une ombre irréelle,
nous sommes depuis longtemps prisonniers de rien:

rien, c'est-à-dire rien d'autre que les ombres de nos propres pensées.

Auteur inconnu.





Retour

Reiki, Toulouse, Muret, Reiki, Toulouse, Muret